Bordeaux descend en Ligue 2 et pourrait ne pas revenir avant un certain temps

Bordeaux n’est pas connu pour sa stabilité. Depuis la nomination de l’ancien défenseur français Willy Sagnol en 2014, le club a vu passer dix managers. Seuls deux d’entre eux ont tenu plus de 42 matchs. Bordeaux est passé de la lutte pour le maintien à la course à l’Europe avant d’imploser à nouveau. Leur cycle d’expansion et de ralentissement s’est finalement avéré insoutenable. Leur match nul et vierge contre Lorient samedi dernier les laisse à la dernière place du classement de la Ligue 1, à trois points de Metz, qui occupe la place de barragiste. Avec un seul match à jouer et une différence de buts bien inférieure à celle de Metz, Bordeaux descend en Ligue 2.

Bordeaux a remporté 13 trophées nationaux, dont six titres de champion – le plus récent en 2009 – mais sa relégation se fait attendre. La saison dernière, le club a semblé menacé de redescendre lorsqu’il s’est incliné 4-1 contre Lorient à la fin du mois d’avril, mais il s’est repris et a remporté trois de ses quatre derniers matches pour se maintenir.

Ce sentiment de désespoir est revenu en 2022. Bordeaux devrait avoir la qualité de son effectif pour finir en milieu de tableau – surtout après avoir signé trois joueurs apparents en janvier – mais ses performances ont été catastrophiques. Les capitulations défensives répétées – dont une défaite 6-1 à Lyon, une défaite 5-0 contre Reims et une raclée 6-0 contre Rennes – les ont amenés à encaisser 89 buts en 37 matchs de championnat. Ils ont de loin le pire bilan défensif des cinq premières ligues européennes. Ils n’ont pas gardé une feuille propre cette saison jusqu’à début avril.

David Guion a remplacé l’ancien manager suisse Vladimir Petkovic en février et était censé apporter à l’équipe organisation et stoïcisme. À Reims, son équipe avait fait un blocage bas pour accéder à l’Europe lors de la campagne raccourcie de 2019-20, alors qu’elle avait terminé sixième avec le meilleur bilan défensif de la Ligue 1. Son effet à Bordeaux, cependant, a été minime. Les 0,62 points par match de Guion sont moins bons que les 0,87 de Petkovic et son équipe a encaissé 2,2 buts par match, à peine mieux que les 2,5 qu’elle encaissait sous Petkovic. “Nous ne méritons pas d’être en Ligue 1”, a déclaré Guion ce week-end.

Alberth Elis a manqué à l’équipe, sa récente blessure l’ayant empêché de participer à la phase de préparation. Le puissant attaquant a rejoint le club en provenance de Boavista l’été dernier et a marqué neuf buts en 14 matchs de part et d’autre de Noël, mais il est l’un des rares transferts décents. La plupart des 10 joueurs recrutés l’été dernier se sont avérés être des ratés.

Le milieu de terrain Fransérgio de Braga est en concurrence pour être la pire signature de la saison. M’Baye Niang, qui a marqué deux fois de suite deux buts en championnat à Rennes, n’a pas semblé intéressé, ne marquant que trois buts en 22 apparitions. Niang a été écarté du groupe ce week-end après une altercation sur le terrain d’entraînement avec le directeur sportif Admar Lopes. Par ailleurs, un groupe de nouveaux défenseurs, comme le défenseur central Stian Gregersen de Molde, a semblé hors de sa portée en Ligue 1.

L’agitation sur le terrain s’est accompagnée d’une agitation en dehors. L’ancien défenseur d’Arsenal Laurent Koscielny et le milieu de terrain Otávio ont été écartés de l’équipe en janvier et on leur a dit qu’ils pouvaient partir sans aucun avertissement. Lors d’une défaite 2-0 contre Montpellier en mars, le gardien de but vétéran Benoît Costil s’est battu sur le terrain avec le chef des Ultramarines, le principal groupe de supporters du club, qui a ensuite publié une déclaration attaquant Costil. Un groupe important de supporters a tenté d’affronter les joueurs après le match.

Les Ultramarines, qui chantaient la relégation avant la fin du match contre Lorient, ont une relation inhabituellement proche avec le propriétaire Gérard Lopez. Lopez n’a pas hésité à critiquer l’équipe, déclarant en mars qu'”on dirait que les frères des joueurs jouent” et qu'”on dirait que nos joueurs jouent avec une grenade dégoupillée dès qu’ils ont le ballon.”

Même sans relégation, les finances du club seraient préoccupantes. La semaine dernière, un rapport de la DNCG, le gendarme financier du football français, a souligné une perte totale de 645 millions d’euros pour la ligue au cours de la saison 2020-21. Le déficit de 67 millions d’euros de Bordeaux est le quatrième plus important. Le bannissement de Koscielny était en partie dû aux inquiétudes concernant la masse salariale. Pendant ce temps, les joueurs du club belge Mouscron, qui appartient également à Lopez, se sont plaints de salaires impayés au milieu d’informations faisant état d’une faillite imminente.

Les protestations de supporters ont également été fréquentes. Le match de Lorient de ce week-end a été interrompu pendant plusieurs minutes après qu’un barrage de papier toilette rose a été jeté sur le terrain par des supporters portant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : “Vous êtes la honte de nos 140 ans d’histoire” et “89 buts encaissés, vous êtes des merdes !”. Le club a même mis fin à un contrat de sponsoring avec la société de paris Winamax plus tôt cette année après que la société ait fait des blagues sur l’équipe sur Twitter.

Vers la fin de la saison, l’ancien milieu de terrain de Bordeaux Grégory Sertic a affirmé que le personnel du club avait été interdit de parler à l’équipe de joueurs, que les jeunes joueurs n’étaient pas autorisés à regarder les seniors s’entraîner et que le “club familial” qu’il avait connu était désormais “méconnaissable”. L’entraîneur adjoint Jaroslav Plasil, un autre ancien joueur, était en larmes sur le banc la semaine dernière après la terrible défaite 4-1 à Angers.

Au milieu de la tourmente managériale et des critiques constantes de toutes parts – on a même entendu Lopez crier sur l’équipe dans le vestiaire après une défaite à Rennes – une atmosphère toxique et hargneuse, présente depuis un certain temps, a été amplifiée. Tout cela a conduit au sentiment qu’il y a quelque chose d’intrinsèquement mauvais dans la gestion, l’éthique et l’attitude du club et que l’équipe, en dehors de ses performances abjectes, se bat également contre des forces extérieures qui échappent à son contrôle.

La véritable stabilité, qui n’a pas été vue au club depuis une décennie ou plus, ne reviendra pas à moins d’une refonte complète du personnel de jeu, de la hiérarchie et de l’idéologie. Cette stabilité devra désormais être trouvée avec un budget minimal en deuxième division. Avec la Ligue 1 et la Ligue 2 bientôt réduites à 18 équipes, le retour en première division pourrait être une tâche encore plus délicate.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.