Ligue 1 : Comment Bordeaux est passé des quarts de finale de la Ligue des champions 2010 à la relégation ?

Les Girondins de Bordeaux sont désormais désormais relégués en L2, auquel ils ne sont pas encore assurés d’y jouer, car ils devront entre-temps obtenir l’accord de la DNCG. Ils accompagneront l’AS Saint-Étienne, un autre club historique du championnat de France. Il s’agit là d’un club historique en France, un de ceux qui comptait la plus grande base de supporters à travers le pays.

Il y a un peu plus de 10 ans, et avant que les propriétaires qataris ne fassent du Paris Saint-Germain la puissance dominante du football français, les Girondins étaient l’un des principaux clubs, avec un titre de Ligue 1 en 2009 et une participation aux quarts de finale de l’UEFA Champions League en 2010 sur leur CV. Un peu plus de 12 ans après ce match aller-retour qui a vu l’Olympique Lyonnais s’imposer 3-2 sur l’ensemble des deux matchs pour affronter le Bayern Munich, futur finaliste battu, Bordeaux est dans l’impensable : descendre en Ligue 2, avec un club en total désarroi financier.

Des légendes françaises telles que Zinédine Zidane, Jean Tigana et Alain Giresse ont foulé la pelouse de l’ancien stade Chaban Delmas de Bordeaux, tandis que des stars plus récentes ont été Yoann Gourcuff dans la fleur de l’âge et le jeune Aurélien Tchouameni, aujourd’hui à l’AS Monaco. Alors, comment les Girondins, six fois champions de France, quatre fois vainqueurs de la Coupe de France et trois fois vainqueurs de la Coupe de la Ligue (aujourd’hui disparue), ont-ils pu dégringoler comme une pierre pour arriver à leur triste situation actuelle, qui menace non seulement leur statut de première division mais aussi leur existence même ?

Malheureusement, l’histoire récente des géants du Sud-Ouest de la France est une histoire de stagnation et de terrible mauvaise gestion qui risque désormais de bannir l’un des noms les plus historiques du football français dans les bas-fonds du football national. Hormis un succès en Coupe de France en 2014, les résultats étaient déjà en baisse lorsque le Matmut Atlantique de Bordeaux, d’une capacité de 42 115 places, a ouvert ses portes en 2015, avant l’Euro 2016 en France, et ce stade coûteux, surdimensionné et mal placé est une épine dans le pied du club depuis lors.

“D’abord, pour les joueurs, jouer devant environ 20 000 supporters dans une stade 42 000 est désagréable”, a déclaré le maire de Bordeaux Pierre Hurmic à Gold FM. “C’est quelque chose qui est surdimensionné et coûteux, surtout pour le club avec un loyer aussi élevé. Clairement, cela a été une très mauvaise affaire pour toutes les parties concernées. Les contribuables sont obligés de payer pendant 30 ans. Je le regrette vraiment et je reconnais que nous devons essayer de le vendre. Il n’y a aucune raison d’en rester propriétaire”.

Les Willy Sagnol, Jocelyn Gourvennec, Gus Poyet et Paulo Sousa n’ont pas réussi à se montrer à la hauteur du succès de la période de trois ans de Laurent Blanc entre 2007 et 2010 et, à l’exception de l’admirable mission salvatrice de 11 mois de son ancien assistant Jean-Louis Gasset la saison dernière, le déclin est en phase terminale.

Une partie importante de la triste situation de Bordeaux est liée à son statut chaotique de propriétaire depuis le départ du groupe M6, après presque deux décennies de propriété, lorsqu’il a vendu à General American Capital Partners de Joseph DaGrosa Junior en 2018. Il était peut-être indicatif des choses à venir que le premier tweet de DaGrosa, supprimé depuis, au sujet de Bordeaux concernait les concessions en disant : ” Aux fans de Bordeaux : nous allons améliorer la nourriture et les boissons immédiatement ! !! Les longues files d’attente sont inacceptables pour nos fans ! !!”

Le temps de GACP avec le club a été relativement court, car il s’est avéré que ses collègues bailleurs de fonds King Street avaient les cartes en main et ont poussé leurs compatriotes vers la fin de 2019 avant de superviser la période ruineuse du COVID-19 qui a ravagé le football français financièrement dans son ensemble alors que le lucratif accord de télévision Mediapro s’est effondré.

“Je pense que nous avons tous été surpris”, a déclaré DaGrosa à CBS Sports en exclusivité à propos de Bordeaux lorsqu’il a évoqué son entreprise Kapital Football Group l’année dernière. “Tout d’abord, j’aime toujours le club de Bordeaux – je reste un fan. La dernière chose que je souhaite, c’est l’absence de succès. Je veux que la Ligue 1 réussisse aussi. C’est très pénible, et je pense que tout le monde a été pris par surprise. Mediapro a été le clou du cercueil. C’est une situation très difficile”.

KS a déclaré vers la fin de la saison 2020-21 qu’il cesserait de financer Bordeaux, ce qui a poussé le club proche de l’administration et même de la relégation provisoire avant que le financier Fortress ne prenne le contrôle financier et confie de manière douteuse le club à l’ancien président de Lille OSC, Gérard Lopez. Le temps passé par le Luxembourgeois à la tête du club a été un désastre total avec des problèmes financiers incontrôlables, des performances inacceptables, des joueurs et des supporters mécontents et des décisions discutables telles que le passage de Vladimir Petkovic à la tête du club qui menacent de coûter encore plus d’argent aux Girondins.

C’est une triste histoire pour le football français, et compte tenu des problèmes financiers qui en sont à l’origine, il est peu probable l’entreprise remonte la pente rapidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.